Are you the publisher? Claim this channel


Embed this content in your HTML

Search



Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Leral.net c'est le 2ème d'information général sur le Sénégal et le monde.

older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | 7 | .... | 473 | newer

    La qualité du fuel de ITOC décriée par les hauts responsables de Sénélec et SAR est parfaite, c'est la principale conclusion du laboratoire de la principale raffinerie norvégienne. Dans un communiqué paru ce jeudi à Dakar, la société de trading pétrolier enfonce le clou et clos le débat ouvert par les directeurs généraux de la SAR et de Sénélec, Carmelo Sagna et Seydina Kâne, qui avait signé un communiqué de presse à l'époque pour décrié le fuel de ITOC dans le but de justifier les délestages. Lire l'intégralité du communiqué.

    Le fuel de ITOC était d'excellente qualité, indique un laboratoire norvégien : Cinglant démenti pour les Dg de la Sar et de Sénélec
    Dans un communiqué conjoint en date du 26 Janvier 2011, la SAR et la SENELEC avaient indiqué que : « la fourniture d’électricité s’est fortement dégradée à cause notamment de sérieuses réserves et inquiétudes émises par SENELEC et SAR sur la qualité d’un fuel importé par la société ITOC SA, son principal fournisseur et qu’il en résulte un manque de combustible qui oblige SENELEC à faire fonctionner ses centrales au ralenti. »
    Le communiqué ajoutait: « en attendant la levée des réserves sur le fuel importé des mesures ont été prises pour réduire, autant que possible le rythme et la durée des délestages et l'importateur ITOC SA, la SAR et la SENELEC ont décidé de procéder à des analyses et contrôles complémentaires à l'étranger. »
    ITOC avait donné son accord, suite à une demande du Ministère de Tutelle, pour que de nouveaux échantillons soient prélevés en présence des représentants de la SAR, de la SENELEC, de ITOC SA, de la SGS, ceci en application de l'accord tripartite signé le 26 janvier 2011 entre les trois parties concernées : les prises d’échantillons ont été supervisées par un huissier de Justice qui en a dressé Procès Verbal de constat.
    Les échantillons scellés ont été envoyés par la Raffinerie le 03 février 2011 au laboratoire norvégien DNV Petroleum Services (Veritasveien 1 N-1363 Hovik, Norway) par l’intermédiaire d’une société habilitée à cet effet.
    Les analyses des échantillons ont été effectuées par le laboratoire indépendant désigné par la SAR.
    Parallèlement, ma mandante avait aussi, par ses moyens propres, saisi le même canal de transmission pour faire parvenir au même laboratoire un deuxième lot d’échantillons prélevé dans les mêmes conditions et au même moment et devant le même Huissier de Justice, pour des analyses sur les paramètres du contrat avec la Société Nationale d’Electricité et ceux du Décret.
    Le Mardi 15 février 2011, Les résultats des analyses demandées par la SAR au laboratoire DNV Norvège ont été transmis à celle-ci qui les a communiqués aux parties concernées : les analyses demandées par la SAR ont porté sur deux séries de tests :
    • 1ere série : Analyse de chacun des huit (8) tanks avec des tests portant sur 25 spécifications,
    • 2éme série : tests sur moteur, portant sur la pré-combustion et la combustion du fuel.
    A la lecture des documents reçus, ma mandante a constaté que :
    • sans qu’elle n’en ait été informée, la SAR avait fait procéder par le laboratoire à des analyses sur Vingt cinq (25) spécifications (standard-fuel, métaux spécifiques, acides forts, etc.), en lieu et place de dix sept (17) prévues par le contrat et de quatorze (14) par le Décret 2003-415 qui définit les spécifications du fuel oil 380 Cst en vigueur au Sénégal,

    • les résultats des analyses du laboratoire norvégien confirment les résultats des analyses précédemment effectuées par la SGS Sénégal et le laboratoire de la Société Africaine de Raffinage –SAR ; ce dont ma mandante se réjouit.
    Les analyses complémentaires demandées par la SAR et la Senelec, pour expliquer le manque de combustible dans les centrales et justifier les coupures d’électricité, ont abouti à la conclusion que la qualité du fuel oil du bateau en question est conforme aux exigences du contrat et aux spécifications prescrites par le Décret précité :
    en conclusion la cargaison analysée par le laboratoire norvégien est de qualité supérieure à celle du fuel contractuel Itoc-Senelec.

    Tels sont les faits.
    En ce qui concerne ma mandante, le présent communiqué clôt le débat dit du mauvais combustible.

    Fait à Dakar, le 02 Mars 2011
    Maître Alassane CISSE


    DAME DIENG LERAL.NET

  • 03/03/11--08:35: C’est la guerre en Casamance ! (chan 1298118)
  • LERAL.NET - Dans on édition de ce jeudi 03 mars, le journal Le Quotidien nous informe que l’Armée nationale est déterminée à traquer les rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance et de venger ses morts qui sont au nombre de 19.

    C’est la guerre en Casamance !
    D’après les sources militaires du journal : « L’Etat-major général des Armées a décidé de ne plus laisser de quartier aux rebelles. D’où sa détermination d’en finir avec ces derniers. En outre, pour montrer tout le sérieux et la rigueur qu’il accorde aux opérations menées sur le terrain par ses hommes, le Chef d’état-major général des armées, le Général de Corps d’armée Abdoulaye Fall, « s’y rend tous les deux jours ». Des instructions fermes ont été données aux troupes, puisque « la consigne est claire, c’est de maintenir la pression pour démanteler toutes les bases rebelles ».
    Et l’on renseigne que l’Armée a été clair avec les autorités étatiques : la hiérarchie militaire ne veut plus laisser les rebelles canarder ses hommes. Il faut noter aussi que les soldats sur le terrain ont reçu des renforts de troupes et de matériels.

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

    LERAL.NET - Les rappeurs Thiaat et Kilifeu du groupe kaolackois sont présentement dans les locaux du commissariat de Rusfique. Les rappeurs qui ont initié le mouvement citoyen Y en a marre pour lutter contre les coupures d’électricité et la vie chère ont été arrêtés par les policiers de la ville de Rufisque.

    La cellule universitaire de « Y en a marre » promet de battre le pavé pour faire libérer Thiaat et Kilifeu
    Un état de fait qui met les membres de ce mouvement dans tous leurs états et ils ne comptent pas rester les bras croisés. En effet,Leral.net a appris que la cellule du mouvement Y en a marre qui se trouve à l’Université Cheikh Anta Diop promet de battre le macadam pour que les autorités sachent qu’elles ne peuvent « arrêter la mer avec ses bras ». Des manifestations sont prévues ce samedi dans différents coins de la banlieue dakaroise pour que les rappeurs recouvrent la liberté.

    Rappelons que lors de leur dernière rencontre avec la presse, le mouvement Y en a marre créé par les rappeurs avait annoncé 1000 plaintes contre la Senelec qu'il déposera dans un lieu tenu secret. Le 19 mars, date anniversaire de l'Alternance, a été retenu pour déposer ces plaintes du peuple sénégalais qui en a «marre des coupures d'électricité».

    DAME DIENG LERAL.NET

    LERAL.NET - Les membres de « Y’en a marre » peuvent pousser un ouf de soulagement. Les initiateurs de ce mouvement qui étaient supposés dans les liens de la détention ne le sont pas en réalité.

    Rebondissements de Dernière minute: Les rappeurs de Keur Gui ne sont pas arrêtés (Audio)
    C’est l’information donnée par le rappeur Simon de Bisbi Clan qui est fait partie des membres fondateurs du mouvement « Yen a marre ». Selon Simon, ils avaient prévu, dans le cadre de leurs collectes de plainte contre la Senelec de se rassembler à Rufisque. C’est à cet effet, à en croire Simon qu’ils ont été appelés par la police de Rufisque pour des explications. Après avoir été entendus, ils ont été relâchés. « Je rappelle qu’on n’est pas arrêtés. Nous devons nous rendre actuellement aux Parcelles Assainies chez Kilifeu de Keurgui pour tenir une réunion», précise Simon. Toutefois Kilifeu qui a eu à s'entretenir avec la radio Top Fm ils doivent leur liberté à la médiatisation de cette affaire.

    DAME DIENG LERAL.NET

    LE PARISIEN : Bobakar, frère d’Habibou Sow, tué d’un coup de ciseaux à Antony (92). «Vendredi dernier, j’étais avec mon frère avant qu’il sorte. Il avait le sourire, et je lui ai simplement dit : Fais attention à toi… » Bobakar Sow était loin de se douter que ces paroles seraient les dernières échangées avec son cadet, Habibou. Quelques heures plus tard, dans la nuit du 25 au 26 février, ce jeune homme de 24 ans, originaire de Montreuil, mourait après avoir reçu un coup de ciseaux dans la gorge, après une altercation à bord d’un bus à Antony (Hauts-de-Seine). Aujourd’hui, la famille Sow, leurs amis, des voisins, et bien d’autres habitants se rassembleront devant l’hôtel de ville de Montreuil à midi pour une marche silencieuse. Dans le quartier de la Croix-de-Chavaux, où il a grandi, Habibou, inconnu des services de police, est décrit par tous comme un jeune sans histoires.

    MEURTRE : Habibou Sow tué d’un coup de ciseaux à Paris
    La famille indignée par la légitime défense invoquée

    Les premières explications livrées par son meurtrier présumé, qui s’est rendu mardi dernier à la police judiciaire des Hauts-de-Seine, ont indigné la famille. Mickaël, 27 ans, originaire de Fresnes (Val-de-Marne), a en effet invoqué la « légitime défense » pour justifier le coup de ciseaux. Une version que semblent contredire les images de la vidéosurveillance de la RATP et le témoignage d’un passager du bus. « Il a essayé de se faire passer pour une victime. C’est un peu trop ! Qu’il n’essaie pas de raconter n’importe quoi, c’est tout ce que je demande », indiquait hier, d’une voix lasse, le père d’Habibou, dans son appartement ouvert aux innombrables voisins et proches venus témoigner leur soutien. Bobakar, 26 ans, a recueilli des bribes de récits auprès des deux amis qui accompagnaient Habibou ce soir-là : « Tout est parti d’un regard. Ensuite, mon frère s’est embrouillé un peu avec ce Mickaël. Puis les choses se sont calmées, mais l’autre est revenu lui mettre la pression… » Comment la bagarre a-t-elle ensuite dégénéré jusqu’au coup de ciseaux, hors du champ de la caméra ? Bobakar n’a pas encore de réponse précise à cette question. Il ne sait qu’une chose : « C’était une crème, mon frère, il fallait vraiment le provoquer pour qu’il se bagarre. » Habibou, décrit par tous comme « travailleur », « calme », était manutentionnaire de nuit et habitait encore chez ses parents, avec ses frères et sœurs. Un jeune homme que les photos de famille montrent souriant et qui aimait, comme ceux de son âge, sortir le week-end avec des copains. C’est d’ailleurs en se rendant en boîte de nuit qu’il a croisé son agresseur. « Mais ce n’est pas parce qu’il est de Montreuil qu’il faut céder aux clichés. Il était super calme, jamais dans l’excès. Même l’alcool, c’était pas son truc », insiste Abdel, l’un de ses amis. « C’était un jeune exemplaire », lâche Tarik, habitant du quartier.

    VIA BITIMREW

    DAME DIENG LERAL.NET

    LERAL.NET - Voici le nouveau joyau du président de la République. Un avion de type Airbus Airbus A319-100. Il a été aperçu à l’aéroport de Bordeaux en France. Cet avion dont le matricule est le F-RBFB / 6V-ANE était celui du président français Nicolas Sarkozy qui a du le vendre au Sénégal.

    [Photo] Le nouveau joyau de Me Wade, un avion de type Airbus 319-100

    DAME DIENG LERAL.NET

    LERAL.NET - L’attraction de ce samedi à la Foire internationale de Dakar, c’est bien le guide du Mouvement pour l’Unicité de Dieu. Serigne Modou Kara Mbacké pour ne pas le nommer, a surpris plus d’un en surgissant du pavillon de l’Algérie qui jouxte la maison de la presse pour faire une petite promenade au sein du CICES.

    Le visiteur particulier de la Foire…
    Le marabout qui était entourés de gros bras, a encore drainé les foules. Des participants aux simples visiteurs, tout le monde n’en avait que pour Serigne Modou Kara qui, par moments était obligé de ralentir le pas pour prier pour ces talibés mourides qui étaient au bord des larmes. Les femmes au premier premier chef, se sont ruées vers le marabout qui a fait montre d’une courtoisie impressionnante à leur endroit. Un homme qui officient comme exposant a du laisser son commerce pour suivre le marabout jusqu’à ce que ce dernier prenne congé du CICES. « Mbacké, restes avec nous et tout le monde fera acte d’allégeance », criait-il, la voix tremblante. Moment choisi pour votre serviteur pour lui tendre le micro. Serigne Modou Kara Mbacké dira ceci : « La foire, c’est une bonne chose. Que des travailleurs et acheteurs se donnent rendez-vous dans un tel cadre, je ne peux que saluer cette initiative ». « Je lance un appel aux sénégalais à cultiver la paix », a ressassé Serigne Modou Kara qui s’est aussitôt après dirigé vers son véhicule pour quitter les lieux en trombe…La visite a été courte mais n'a pas manqué de mettre la Foire sens dessus sens dessous.

    DAME DIENG LERAL.NET

    Le Sénégal a rapatrié ses 138 ressortissants de Libye qui sont arrivés samedi après-midi à Dakar à bord de Sénégal Airlines. Parmi eux figurent des étudiants, des enfants et des femmes qui ont laissé les leurs en Libye. Si ce premier vol ne transporte que des Sénégalais, il est prévu que ceux qui vont suivre comporteront des ressortissants d’autres pays de la sous-région, notamment des Gambiens, des Bissau-Guinéens et des Maliens.

    Libye : Arrivée samedi à Dakar de 138 Sénégalais rapatriés
    Rassemblés au Hangar des pèlerins, de l’aéroport de Dakar, ils ont reçu la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, Madické Niang, et du ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Energie, Karim Wade.
    Selon un des porte-parole des rapatriés, Ibrahima Baldé, les Sénégalais ont souffert et continuent de souffrir en Libye.
    «Depuis le début de la crise, les autorités locales nous ont obligés à céder les maisons que nous occupions. C’est pour cette raison que l’ambassade du Sénégal en Libye refuse du monde. Ils sont plus de 200 qui attendent d’être rapatriés au pays, à cause du calvaire qu’ils y vivent», a-t-il affirmé.
    Pour sa part, M. Niang a indiqué que les ministères de la Solidarité nationale et des Sénégalais de l’extérieur vont apporter un important soutien à ces rapatriés, avant de demander aux plus jeunes parmi eux de se «détourner de l’émigration pour s’orienter vers l’agriculture».

    Pana

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

    A quelques heures du combat Eumeu Séne-Gris Bordeaux, c’est l’effervescence à Pikine, Fass et Médina, fiefs des deux lutteurs qui doivent s’affronter, ce dimanche 06 mars au stade Demba Diop de Dakar. Si du côté de Fass l’heure est à l’union autour du troisième « Tigre » pour sa première sortie, à Pikine c’est le vent de la confiance qui souffle

    Gris Bordeaux-Eumeu Sène : Pikine respire la confiance, Fass-Médina sonne la mobilisation !
    Quelques heures nous sépare du choc tant attendu Eumeu Séne-Gris Bordeaux, et la tension ne cesse de monter dans les quartiers respectifs des deux lutteurs qui doivent s’affronter pour la seconde fois.
    A Fass, l’heure est à l’union sacrée autour du troisième « Tigre » pour sa première sortie depuis son intronisation, contrairement à Pikine où c’est une confiance totale qui règne.
    Arrivé à Fass autour de 16 heures, l’ambiance est aux commentaires sur le combat tant attendu entre Eumeu Séne et Gris Bordeaux, ce dimanche 06 mars. Un des supporters rencontré du nom de Djily Ndiaye raconte : « depuis une semaine ce combat est le sujet de discussion de tous les grands places et lieux publics ici à Fass Delorme ».
    Quelques mètres de là, Ibrahima Ba alias « Ibrahima bou Fass » adjoint du Secrétaire général de Fass, le sourire large, laisse entendre que « c’est l’effervescence à Fass depuis des jours ». Interpellé sur la question de savoir si tout Fass est derrière leur troisième « Tigre » Gris Bordeaux. Ce dernier réponds : « on a décidé de mettre les bouchées doubles. On va mobiliser plus d’une centaine de cars au jour J. Ce n’est pas le combat de Gris Bordeaux mais le combat de tout un fassois », lance-t-il. Parlant de l’issue du combat, confiant ce membre du bureau de l’écurie Fass déclare que « s’il y a bagarre, on va mettre KO Eumeu Séne. S’il y a lutte pure on va le terrasser de très belle manière ». A Médina, à la Rue 19 X 20 où une grande banderole du nom de Gris Bordeaux est attachée pour montrer son engouement à l’approche du combat. Assane Ndiaye, Président du fan club national de Gris Bordeaux qui habite non loin, nous renseigne qu’il est le premier à nouer le pagne d’Ibrahima Ndione plus connu sous le nom de Gris Bordeaux. « Je suis le premier à avoir noué son pagne. C’est moi qui l’ai amené à Fass ». Selon ce sexagénaire, ce combat est différent des autres et cela ne l’empêche pas d’avoir confiance en son lutteur. « Gris a une lourde tâche, mais n’empêche qu’on ne cherche que la victoire et rien que la victoire ».
    Ibrahima Samaké un jeune teinturier plus fougueux lance, « on va battre Eumeu Séne. Dimanche inchAllah on aura une victoire claire et nette ».
    A Pikine, le son de cloche de différent de celui de Fass et Médina. Arrivé à Pikine autour de 18 heures, ce sont les banderoles de soutien du fils de la ville qui vous accueillent. On peut noter différents groupes de jeunes et vieux, dont les seuls sujets de discussion portent uniquement sur le combat de dimanche.
    Invité à rentrer dans la maison où habite le meilleur ami d’Eumeu Séne, celui qui lui noue son pagne, nulle présence de celui-ci. Sa petite sœur Néné Diagne a qui nous avons tendu notre dictaphone avec des tee-shirts à l’effigie d’Eumeu Séne, en mains, affiche un air de confiance et narre : « ce combat est un escalier pour nous. Et depuis une semaine, on se prépare pour le combat. C’est un combat derby car c’est entre Pikine et Fass ».
    A Guinaw Rails, fief du lieutenant de Tyson, une de ses voisines du nom Oumou Sylla soutient : « on a confiance en notre lutteur. Tout le monde sera au combat surtout les filles car, Eumeu est l’ami des filles du fait qu’il est un grand taquin ».
    Même son du cloche de la Vice-présidente du fan club « Basangue Bi », Mme. Niang qui affirme dans le salon de sa maison, en compagnie du trésorier dudit fan club avec des lots de tee-shirts sur la table : « on sait que notre lutteur est prêt, et on attend que le jour J pour terrasser notre adversaire et rentrer avec la victoire à Pikine ». Mass Diop un supporter fanatique, présent dans le salon clame sa confiance : « on attend le jour J pour confirmer. On prépare un autre pas celui-ci. Ce n’est pas une revanche pour nous, c’est juste un palier pour accéder au roi des arènes. Mais ce n’est pas notre combat »
    Dans une salle de musculation où nous avons pénétré et où nous avons trouvé des lutteurs qui ont souhaité garder l’anonymat, renseignent, « on a travaillé sur tous les plans. On compte montrer les résultats à Gris Bordeaux. Et à notre adversaire, on lui demande de ne pas gâcher le combat. On lui demande de lutter ».
    Et pour les marchands et commerçants du « marché syndicat » comme pour les motocyclistes (scooters), l’heure est à la mobilisation si on en croit Doudou Ndiaye : « le dimanche toutes les cantines et boutiques seront fermées, on sera tous au stade », avant que Sidy Diallo n’ajoute : « on prépare tous les scooters pour l’escorter jusqu’au stade »

    nettali.net

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

    Il faudra compter l’Alliance pour la République (Apr) parmi les manifestants du 19 mars pour dénoncer la situation chaotique du pays. Le parti que dirige Macky Sall, par le biais du réseau de ses enseignants, a décidé d’imiter le mouvement «Y’ en a marre !» du groupe de rap «Keur Gui» et le groupe de presse Wal fadjiri pour dénoncer l’injustice.

    Manifestation du 19 mars contre Wade : Macky Sall s’invite chez les Y’en a marre !
    Décidément le 19 mars prochain marquant ainsi l’an 11 de l’avènement de l’Alternance politique sera chaud. Après le mouvement Y’a en marre et le groupe de presse Wal Fadjiri, c’est au tour de l’Alliance pour la République (Apr) de se signaler pour faire de cette journée, celle d’une revendication pour plus de justice et de dénonciation des maux dont souffre quotidiennement la population sénégalaise perturbée par les coupures d’électricité et la cherté des prix des denrées de premières nécessité. Au cours de sa conférence de presse pour le lancement de son Conseil national sur l’éducation le 2 avril prochain, le Réseau des enseignants de l’Apr, conduit par Youssou Touré, annonce que sa formation politique va mobiliser tous ses militants pour que cette journée soit «une journée de restitution des libertés». «L’Apr va investir la Place de l’Indépendance le 19 mars pour dénoncer le comportement de ceux qui oppriment la population sénégalaise. Le 19 mars, Bara Tall sera rétabli dans ses droits. Le 19 mars, il faut qu’on revienne sur les redevances des médias. Le 19 mars, on va dénoncer les coupures intempestives de l’électricité et la cherté de la vie», fulmine Youssou Touré. Ce dernier est revenu sur le comportement de certains responsables politiques qui veulent que Bennoo explose. A ce titre, il n’a pas raté Abdoulaye Wilane du Ps qui a fait une sortie dans les colonnes du journal Le Quotidien pour fustiger le comportement «laxiste» du Président Abdou Diouf. Sans le citer nommément, Youssou Touré dira : «Celui qui veut s’accaparer le Bennoo, nous trouvera sur son chemin. Un leader politique récemment, tellement il a la langue pendue, après avoir critiqué le président Macky Sall, se permet de critiquer le Président Diouf son ancien leader sans qui l’Alternance politique n’aurait jamais lieu. Il ne sait même pas ce qu’il faut critiquer», vocifère-t-il. Avant d’ajouter que l’Apr est dans Bennoo et y restera.
    Youssou Touré et Ahmet Suzanne Camara sont revenus aussi sur les attaques contre le convoi de Macky Sall sur la route de Makakoulibanta. A ce propos, ils continuent d’indexer Khoureychi Thiam qui est «en train de s’agiter pour se faire remarquer, parce qu’il a eu écho d’un nouveau réaménagement du gouvernement». Selon Youssou Touré, «Khoureychi Thiam est un bandit de grand chemin. C’est lui le commanditaire des attaques. Nous sommes prêts à recevoir la plainte qu’il dit avoir envoyée au président Macky Sall», dit M. Touré.
    Youssou Touré soutient qu’au niveau de l’Assemblée nationale, l’«Apr a 60 députés ; ces derniers n’attendent que la veille de l’élection présidentielle pour démissionner et rallier» leur parti. Seulement, le responsable de l’Apr soupçonne des «taupes» au niveau de sa formation politique. «Nous doutons, dit-il, de la démarche de certains responsables. Les difficultés d’un parti, on ne les discute pas dans la presse.» Invité à être plus précis, M. Touré se braque : «Je n’indexe personne, mais si ces personnes sont claires dans leur démarche, je vais les dénoncer.»

    Le Quotidien

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

  • 03/11/11--11:40: Gossas contre le congrès du PDS (chan 1298118)
  • Lire le communiqué du PDS de Gossas : A la lecture d’une certaine presse, le CLFde gossas est surpris d’apprendre que l’UJTL à laquelle nous sommes membres est convoquée à un séminaire par un membre coopté depuis six mois dans la commission stratégique.

    Gossas contre le congrès du PDS
    Le CLF de Gossas condamne fermement cette pratique inélégante, impropre, rebelle, incorrecte, irresponsable et malsaine de la part de notre sœur Coumba Gaye. Au regard de sa démarche, Elle fait montre d’un manque d’expérience politique et d’élégance notoire.
    Le CLF de Gossas rejette et se désolidarise de cette convocation qui cache une ambition personnelle, prétentieuse, égoïste et démesurée. L’heure actuelle nous interpelle à l’unité, à la mobilisation à la base, à la cohésion et non au positionnement qui risque de constituer une menace avec des conséquences négatives visant à déstabiliser davantage le parti qui souffre déjà des nombreuses dissensions internes et de compromettre l’élection en 2012 de notre candidat WADE.
    Le clf de gossas n’est ni concerné, ni intéressé par un quelque congrès, outre, celui qui est prévu pour investir notre candidat wade en 2012.
    Le clf appelle ses frères et sœurs, ayant vécu un cursus politique riche dans le parti, à l’unisson pour combattre héroïquement le favoritisme, le clientélisme et le parachutage au sein de notre instance qui continue de gangrener le fonctionnement normal du parti.
    Le clf de gossas demande au frère Secrétaire général national de surseoir à cette décision illégale et inopportune qui peuvent créer un précédent dangereux pour le parti et pour les missions de défense des idéaux et des valeurs libérales et d’avant-gardistes raisons pour les quelles, l’UJTL a été créée
    Par rapport au remplacement de Mamadou Lamine Keïta en sa qualité de Président de la Commission nationale.
    Le clf de gossas désapprouve, avec fermeté, la procédure empruntée, parce qu’elle est inopportune, illégale, maladroite et recèle des failles très graves qui peuvent entacher de scories à la vivacité de notre mouvement
    Le clf de gossas à cet effet, demande au frère Secrétaire Général National de revenir sur sa décision et de laisser les choses suivre leur chemin conformément à la note circulaire fixant les conditions de renouvellements de toutes les structures de base du Parti enclenchés depuis un an dans tout le pays et dont la mission a été confiée au frère Farba Senghor. On ne peut pas avoir une justice à double vitesse. Les délégués qui devront être désignés pour les besoins du congrès, devraient être des responsables élus au sein des Comités de liaisons Fédéraux. En terme clair, pour renouveler le Bureau National des jeunes, il faut partir du secteur et être élu également de manière démocratique au sein du CLF, (faire parti des 05 délégués). Ce travail qui n’a jamais été fait pousse le clf de gossas à se poser la question à savoir comment seront choisis les délégués ?
    Par ailleurs comme, une structure a été mise en place depuis deux ans, un travail entrain d’être fait conformément à la lettre directive du frère Secrétaire Général national, il n’y a pas de crise, il suffit simplement de remplacer une personne par un autre( atteint par la limite d’âge, décédé, incapacité physique ou mentale, démission , expulsion etc..) selon l’esprit du texte en vigueur organisant le fonctionnement du parti, il s’agit d’opérer à un réaménagement en interne. Le bureau réaménagé, continuera le travail jusqu’à la fin du mandat qui est de03 ans renouvelables, en vue d’organiser des renouvellements. Suite à ce procédé classique , toute autre voie utilisée, sera nulle et non avenue et le non respect de ce principe de base entrainera au sein des jeunes, un clash aux conséquences désastreuses, irréparables et regrettables.
    Le clf de gossas demande au parti de transformer ce congrès de renouvellements en Investiture.
    Notre objectif est de réélire notre candidat, cela nécessite un travail de fond à la base, de l’humilité des responsables, d’accessibilité, de solidarité et de moyens matériels pour investir le terrain en permanence.
    Le clf de gossas alerte et met en garde les thuriféraires, les comploteurs aux idées infécondes qui sont dans l’entourage du Président de la République .ils seront démasqués s’ils n’arrêtent pas leur lobbying et leur politique de sommet. Leurs manœuvres malsaines et honteuses ne feront pas raviver le parti. Nous les connaissons et s’ils ne cessent pas leurs bassesses, on va leur dénoncer nominativement et nous demanderons au Président de se séparer de ses prébendiers et rentiers qui ne cherchent que remplir leurs poches de manière malhonnête.

    Fait à Gossas, le 11 mars 2011
    IBRAHIMA TOB le Coordonnateur

    DAME DIENG LERAL.NET

    Achille Emana, Alexandre Song, Joël Matip et Benoît-Assou-Ekotto ne figurent pas sur la pré-liste de Javier Clemente pour le match Sénégal-Cameroun du 26 mars à Dakar, dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2012. Ces trois internationaux sont remplacés par... des amateurs. L’ambiance dans la Tanière n’est pas à la fête.

    Cameroun : La préliste pour le Sénégal fait polémique
    La liste officielle des 23 Lions Indomptables qui se rendront au Sénégal pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2012 n’est pas encore tombée. Mais la préliste établie par Javier Clemente a déjà fait quelques remous.

    En cause, l’absence de certains joueurs, considérés comme essentiels par les fans des Lions Indomptables : les « bannis » Alexandre Song et Achille Emana ainsi que Benoît Assou-Ekotto et Joel Matip. Le premier, malgré des pourparlers visant à le ramener dans la Tanière, aurait décliné une fois de plus l’invitation du staff technique. Insensible aux charmes du sélectionneur espagnol, le milieu de terrain d’Arsenal afficherait une (trop ?) grande fidélité à oncle, le légendaire Rigobert Song, ex-capitaine déchu dont la sortie lors de la Coupe du monde 2010 n’aura pas été franchement glorieuse. Emana, lui, paye toujours sa rigidité et ses déclarations publiques. Le milieu du Bétis ne ferait d’ailleurs plus partie des plans de Clemente, qui ne semble pas non plus enthousiasmé par Matip, pourtant qualifié avec Schalke pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Quant au joueur de Tottenham, il paierait "son absence sans raison valable" du dernier stage du Cameroun au mois de février en Macédoine.

    Des locaux pour compenser

    Une tournée en Europe de l’Est où Clemente avait pourtant enterré la hache de guerre. "Pour le prochain match, nous allons convoquer les meilleurs camerounais où qu’ils jouent. S’il y a un qui mentalement ne peux pas venir, qu’est ce que je peux faire ? Nous allons jouer avec ceux qui ont la volonté. Alexandre Song est un bon joueur mais nous pouvons jouer sans lui s’il décide de ne pas venir. Donc je ne vais pas faire une fixation sur un joueur. Le Cameroun a les joueurs pour battre le Sénégal. Il faut seulement travailler", assurait-il.

    Insulte suprême, pour les remplacer, le sélectionneur des Lions aurait opté pour des amateurs : le milieu offensif Momasso Julien et le latéral Abouna Ndzana (Astres) et le milieu Ndamé Ndamé (Coton sport). Des joueurs locaux qui n’ont pas l’expérience des grands rendez-vous pour un match capital contre le Sénégal, équipe en forme du moment en Afrique ? Un pari risqué pour Clemente et des Lions Indomptables qui, après un nul contre la RDC (1-1) et une victoire pénible contre Maurice (1-3), ont vraiment besoin de points. Pas sûr que les Lions, ceux de la Teranga, leur en laisse la chance.

    DAME DIENG LERAL.NET

    "Pourquoi le général Seck, pilote personnel d'Abdoulaye Wade, n'est toujours pas autorisé à monter à bord d'Air Force Wade, le nouvel A 319 du président sénégalais ?", se demande la Lettre du Continent dans son dernier numéro.

    Le général Seck, pilote personnel de Wade, pas autorisé à monter dans le nouvel avion présidentiel
    Il faut dire que l'avion présidentiel sénégalais est déjà repeint aux couleurs national et même baptisé sous le nouveau nom de Pointe de Sarène. Il a coûté plusieurs dizaines de millions d'euros au Trésor public national. Le général Seck qui n'a jamais piloté de A319 est en train de subir une formation.

    politicosn.com

    DAME DIENG LERAL.NET

    Très discrète malgré les importantes activités de son mari, la belle Marie Amar n’en mène pas moins d’innombrables actions de bienfaisance, lesquelles viennent de lui valoir la distinction par le magazine Intelligences parmi ses 50 femmes leaders d’exception.

    [Photo] Marie Amar (douce moitié du célèbre homme d’affaires cheikh ): Le sacre d’une philanthrope
    La douce moitié du célèbre homme d’affaires cheikh Amar est PDG de Amar Logistics et Transport, et d’une société de Travaux Publics. Elle apporte la preuve qu’à côté de chaque grand homme, se trouve une grande femme.
    galsentv.com


    DAME DIENG LERAL.NET

    « Quelles stratégies pour réélire le secrétaire général national du Pds Maître Abdoulaye Wade en 2012 », c’est le thème du séminaire convoqué aujourd’hui par Coumba Gaye au nom de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl) et dont invitation a été envoyée aux organes de presse de la place pour couverture. Derrière cette anodine annonce, se cachent de grosses manœuvres pour le contrôle de l’Ujtl actuellement pilotée par Mamadou Lamine Keïta. Dans le rôle de l’instigateur en chef du pustch contre Keïta : la ministre Coumba Gaye qui se voit déjà dans les habits du chef d’orchestre des jeunesses libérales.

    Bataille ouverte au sein de l’Ujtl pour la succession de Keïta: Coumba Gaye au coeur des manoeuvres
    Atteint par la limite d’âge, Mamadou Lamine Keïta, 37 ans, président de la commission nationale de réorganisation de l’Ujtl, est hors course dans la bataille pour les renouvellements du mouvement des jeunes libéraux. Sa mission se termine les 29 et 30 avril prochains, à l’issue du congrès prévu à cet effet et qui consacrera l’arrivée de son remplaçant.
    Un putsch en règle
    Si bien que les paris sur sa succession semblent ouverts. Mais cette vision est loin de refléter la réalité, si l’on se réfère aux pratiques actuellement en cours au sein de la structure des jeunes du Pds. On assiste à des manœuvres souterraines de la part de responsables qui se positionnent déjà en successeurs de Mamadou Lamine Keïta. C’est le cas notamment de Coumba Gaye qui, sans attendre jusqu’au congrès d’avril prochain, a entrepris un putsch en règle contre le ministre de la Jeunesse.
    D’autant que la jeune native de Rufisque, 31 ans, s’est d’ores et déjà taillé un manteau de patronne de l’Ujtl et a convoqué, à ce titre, un séminaire sur le thème : « quelles stratégies pour réélire le Secrétaire général national du Pds Maître Abdoulaye Wade en 2012 ». Prévue aujourd’hui, cette rencontre qui devait réunir les jeunes libéraux et les membres du Comité directeur du Pds a été convoquée au nom de l’Ujtl. Pourtant, cette mission revient de droit à Mamadou Lamine Keïta dont le mandat n’a pas encore expiré. Dans cette même logique de positionnement, Coumba Gaye, selon des sources proches du Pds, a convoqué les Comités de liaison fédérale (Clf) ainsi que les Comités de liaison communale (Clc), en vue de se construire un soutien à l’heure H.
    Le ministère de la Jeunesse, l’enjeu principal
    Au delà de son caractère politique, l’activisme de la ministre déléguée chargée des Droits humains, pour le poste de secrétaire générale de l’Ujtl, cache des ambitions gouvernementales. Coumba Gaye qui gère une coquille vide (son ministère ne dispose même pas de budget) rêve d’atterrir à la tête du ministère de la Jeunesse. Et il n’y a pas meilleur levier que le fauteuil de l’Ujtl. Puisqu’avec l’avènement de l’alternance depuis 2000, le département de la Jeunesse est toujours confié au patron des jeunesses libérales. Modou Diagne Fada, Aliou Sow et maintenant Mamadou Lamine Keïta, constituent les exemples vivants de cette tradition.
    Mamadou Lamine Keïta : « J’en ai fini avec l’Ujtl et je n’ai ni poulain ni rien »
    Cela dit, ce dernier se montre indifférent devant ces manoeuvres tous azimuts et reste concentré sur un autre centre d’intérêt. Mon enjeu actuel, explique Mamadou Lamine Keïta, « c’est Bignona et les populations qui m’ont fait confiance. Je travaille pour consolider ce pacte de confiance, pour l’intérêt du parti dans le département de Bignona qui compte 19 collectivités locales. Et je compte me mobiliser corps et âme pour consolider et élargir le leadership de Me Abdoulaye Wade dans cette zone ». S’agissant exactement de l’Ujtl, objet de nombreuses convoitises, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi affirme : « j’ai fait ce que je devais faire pour l’Ujtl. En parfaite compréhension avec le frère secrétaire général national, le Président Abdoulaye Wade, nous avons eu deux séances de travail à ce sujet ».
    C’est ainsi qu’un mécanisme a été dégagé pour renouveler le leadership chez les jeunes. A ceux qui se positionnent d’ores et déjà pour le contrôle du poste très convoité de secrétaire général de l’Ujtl, le maire de Bignona recommande : « qu’ils se battent chez eux pour être délégués avant de se battre au niveau national pour prétendre diriger l’Ujtl ». Disposé à s’effacer conformément aux textes en vigueur au sein du Pds, Mamadou Lamine Keïta déclare qu’il n’a ni soutien, ni poulain.
    Hawa BOUSSO
    lasquotidien.info

    DAME DIENG LERAL.NET

    L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) de la ville de Thiès, qui faisait face à la presse, hier, s'est insurgée contre le parachutage à la tête de ladite structure de Coumba Gaye, ministre délégué auprès du ministre de la Justice chargé des Droits humains.

    THIÈS - «Comme la plupart des autres structures au niveau national, c’est avec une grande surprise qu’on s’est réveillé pour voir le ministre Coumba Gaye, accompagnée du ministre Aliou Sow et d'une meute de jeunes, sous le prétexte fallacieux d’une journée de réflexion, se déclarer responsable de l’Ujtl». Ces propos résultent du point de presse organisé, hier, par l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (l’Ujtl) de la ville de Thiès qui a condamné avec la dernière énergie l’attitude d’une «certaine catégorie de putschistes qui ont voulu parachuter Coumba Gaye à la tête de l’Ujtl pour trahir la lettre et l’esprit de la convocation du Secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade, qui, à travers un agenda précis (N°0011 du 4 mars 2011), souhaite des renouvellements démocratiques des instances des jeunes du Pds».
    Pour le Secrétaire général de l’Ujtl de Thiès, Abdoulaye Sow, «de telles pratiques ne peuvent pas prospérer». «Quand on se veut ministre délégué auprès du ministre de la Justice, on doit avant tout penser droit. Quand on se veut ministre des Droits humains, on doit avant tout penser démocrate. Enfin, quand on veut prétendre mériter la confiance du Secrétaire général national du Pds, il faut avant tout mériter la confiance des jeunes du parti».
    Quant au ministre Aliou Sow, l’Ujtl de Thiès s'est voulu catégorique : «Il ne jouit d’aucune prérogative pour installer le remplaçant du ministre Mamadou Lamine Keïta. On doit le remettre à sa vraie place».
    Pour ce qui la concerne, l’Ujtl de Thiès a décidé de se conformer scrupuleusement au respect des directives contenues dans la note du Secrétaire général national du Pds N°0011 du 4 mars convoquant les instances de l’Ujtl. Autrement dit, explique Abdoulaye Sow, «le 9 avril prochain, les jeunes vont se réunir en Assemblée générale dans la ville de Thiès pour choisir leurs 20 délégués en garçons et en filles». «Notre structure ne compte pas jouer les seconds rôles au cours de la Convention nationale du 29 avril», a assuré M. Sow. Et de rappeler, pour s'en glorifier : «Tout récemment, à Rufisque, la ville du ministre délégué auprès du ministre de la Justice chargé des Droits humains, quand Idrissa Seck avait demandé à son poulain, Yankhoba Diattara, de détourner l’Ujtl contre le Secrétaire général national, Abdoulaye Wade, seule notre structure lui avait fait face. Où était Coumba Gaye en ce moment ?».
    Tidiane CAMARA (Correspondant) rewmi

    DAME DIENG LERAL.NET

    Abdoulaye Wade est un président proche de son peuple, il l'aime d'ailleurs tant qu'il a d'ailleurs décidé de se porter candidat pour la présidentielle de 2012 (oui, lui aussi) pour un troisième mandat consécutif, mandat pourtant interdit par la constitution sénégalaise. Mais c'est bien connu, quand on aime, on ne compte pas.

    Abdoulaye Wade, le président qui aime tant son peuple (qui ne le lui rend pas, l'ingrat)
    Dont acte.

    Abdoulaye Wade aime les sénégalais, tellement même, qu'il supporte de moins en moins tous ces longs séjours loin de la mère patrie, loin de la Terranga. A tel point qu'il a donc acheté l'ancien avion de Nicolas Sarkozy (très cher), histoire d'aller plus vite dans les ciels et pouvoir passer moins de temps loin du Sénégal et de ce peuple tant aimé. C'est beau, c'est grand, c'est Wade.

    D'ailleurs, comme Nicolas Sarkozy, il l'aime tellement son peuple fier et accueillant qu'il leur a offert son fils, même si certains médisants prétendent qu'il s'agit là de népotisme et d'enrichissement personnel déguisé. Les jaloux.

    "Je n’ai jamais dit que mon fils devait me remplacer, ça c’est une invention des mauvaises langues. Personne ne met en cause sa compétence"

    C'est dire d'ailleurs, le niveau de compétence du fils, tellement qu'il a été nommé Ministre de la terre, des eaux, et de l'air, manquerait plus que le feu, tiens.

    Et tout comme un père de la nation, comme il aime son peuple, comme il aime les sénégalais, et les sénégalaises, il porte sur eux un regard paternel non dénué de sévérité juste et méritée.
    c'est normal, car qui aime bien, châtie bien.

    Les coupures d'électricité sont devenues quotidiennes, durant plus de 6 heures chaque jour à Dakar ? Parfois plusieurs jours d'affilé en dehors de la capitale, paralysant la vie économique, plongeant nombre d'habitants dans des situations financières critiques, mettant en péril le frêle équilibre de la vie quotidienne des habitants ?

    Les Sénégalais sont exigeants, estime quant à lui, le père de la nation, trop, vraiment trop.

    "Il y a même des manifestations qui sont prévues aujourd’hui parce que le Sénégalais supporte tout sauf le délestage. Nous n’avons pas de pétrole, mais le Sénégalais est exigeant. Trop exigeant. L’autre jour, je me trouvais au Nigeria lorsque brusquement il y a eu une panne d’électricité. Parfois au Nigeria, grand pays producteur de pétrole, ils restent huit jours sans électricité.

    Au Sénégal, au bout de cinq minutes de délestage, les gens sont dehors.
    Ils sont d’une grande intolérance."


    C'est vrai quoi ! Que des enfants gâtés qui se plaignent au bout de 5 minutes de coupure de courant alors qu'ils pourraient attendre, je ne sais pas quoi, 8 ou 9 heures avant de protester, quand même !

    Et en plus, ils osent venir protester sous ses fenêtres ! Ils devraient prendre exemple, ces ingrats, sur les autres africains qui acceptent sans rechigner, eux, leur misère quotidienne, et l'absence de courant. (et ferment leur bouche)

    Remarquons au passage que le grand timonier lui reconnaît tout de même la faculté de tout endurer, au sénégalais, depuis le manque de transports aux pénuries régulières d'essence, de la hausse vertigineuse des produits de première nécessité jusqu'au manque de travail, aux problèmes d'urbanisme, d'inondations récurrentes, de manques de soins, d'éducation, le sénégalais endurerait tout, sauf qu'on le prive de lumière. Voilà.

    Trop sympa le sénégalais.

    Bien sûr, deux d'entre eux ont trouvé quand même le moyen de gâcher un peu le paysage en s'immolant devant le palais présidentiel, mais Abdoulaye Wade a pris immédiatement les mesures adéquates qu'il fallait en renforcant la sécurité autour du palais présidentiel, histoire que ces empêcheurs de gouverner en rond aillent s'immoler ailleurs.
    Non mais Oh !

    Mais si Abdoulaye Wade aime son peuple et son pays, en a t'il pour autant une vision très objective, éloigné qu'il est de par ses responsabilités et ses voyages incessants à aller au secours du reste du monde ? Qui aime trop, et de trop loin, n'a plus les idées claires.

    Il juge par exemple que les révolutions qui gagnent du terrain dans le maghreb ou dans le moyen orient n'ont que peu de chance d'arriver en Afrique Subsaharienne, car l'Afrique noire, elle, profite des libertés, de la démocratie, et que même si certains présidents n'hésitent pas à tripatouiller les constitutions afin de rester bien accrochés à leurs fauteuils présidentiels, dans l'ensemble, l'Afrique noire n'a pas trop de raison, elle, d'être dans le mécontentement.

    Et là, on se dit que Abdoulaye Wade, comme un parent qui adule trop son enfant pour être objectif, ne peut plus, aveuglé par l'amour qu'il donne à son peuple, être assez objectif pour voir ce qui se passe sous son propre nez.

    Comme le 19 mars prochain, qui pourrait très bien être le jour de la révolution au Sénégal.
    11 ans après un autre 19 mars, qui avait vu le "Sopi" venir au pouvoir, mais au changement promis aura succédé un autre mouvement citoyen, intitulé "Y en a marre" et lancé par un groupe de rap Keur gui de Kaolack qui fait aujourd'hui trembler le pouvoir.

    Le 19 mars, traditionnellement grand messe du parti au pouvoir, où on s'auto félicite de ces années passées dans la bonne gouvernance, pourrait donc cette année se faire voler par ces enfants terribles, décidément trop impatients, trop exigeants et si intolérants.

    A tel point même que ce collectif est soupçonné de vouloir fomenter une insurrection, et a déjà été inquiété par la police, et prévenu qu'il serait poursuivi et surveillé en permanence.

    Non mais pour un peu, c'est qu'ils exigeraient une vie décente et un pays démocratiquement dirigé, sans corruption aucune ni enrichissement personnel.

    Non mais où va t'on ? On se le demande !

    DAME DIENG LERAL.NET

    Leral.net – Le ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales a envoyé, la semaine dernière, une mission de vérification et de contrôle à la mairie de Thiès. L’équipe conduite par Pape Momar Ndiaye, par ailleurs directeur de la Décentralisation, n’aurait trouvé aucune faute de gestion qu’elle peut reprocher à l’équipe municipale de la capitale du Rail. Mais d’aucuns soupçonnent de manœuvres politiciennes de la part du ministre de tutelle et son équipe pour avoir la tête de Yankhoba Diatara, 1er adjoint au maire de Thiès.

    Audit de la Mairie de Thiès : Que cherche Aliou Sow ?
    La mairie de la commune de Thiès est très agitée en ces temps-ci. Une agitation mise au devant de l’actualité par la mission de vérification, envoyée par le ministère des Collectivités locales et de la Décentralisation, aux trousses de Yankhoba Diatara, 1er adjoint au maire, et son équipe. Joint au téléphone, M. Diatara rassure : « Il n’y a pas de souci ». D’après le maire, tous les documents administratifs ont été mis à la disposition de la mission de contrôle, conduite par Pape Momar Ndiaye. « Ce qui est évident c’est que tout est clair, on ne peut rien me reprocher », mentionne Yankhoba Diatara. Le premier adjoint au maire Idrissa Seck précise que tous leurs procès verbaux ont été approuvés par le préfet du département. Il en est de même pour ceux qui concernent les lotissements de Thialy et Pognène. Ces lotissements « ont été faits par une commission dans le respect des procédures administratives ». D’ailleurs des sources révèlent que la mission de vérification est allée à la rencontre des habitants riverains de ces deux sites –Thialy et Pognène – mais « les populations ont félicité l’équipe municipale pour le travail qu’elle a abattue ».

    Une mission administrative aux « manœuvres politiciennes » ?

    Nul n’ignore la proximité entre Idrissa Seck et Yankhoba Diatara. Ils ont cheminé ensemble au Parti démocratique sénégalais et dans le Parti Rewmi, lors de l’exclusion d’Idrissa Seck de la formation libérale. Cette complicité entre Yankhoba Diatara et son mentor, selon des observateurs politiques, n’est pas du goût du ministre des Collectivités locales et de la Décentralisation, Aliou Sow. Ce dernier aurait même juré d’avoir la tête du premier adjoint au maire de Thiès, Yankhoba Diatara. Une attitude qui aurait influée sur la composition de la mission de vérification envoyée à Thiès. Primo, le chef de la mission, directeur de la Décentralisation, « n’était pas habilité » à conduire l’équipe de contrôle. Secundo, il a « outrepassé ses prérogatives de vérificateur en s’alliant avec les frondeurs de la municipalité de Thiès et à mener des consultations auprès de certains habitants de Thiès pour obtenir quelques informations qui pourraient jouer en défaveur de Yankhoba Diatara ». Tertio, Pape Momar Ndiaye, « militant à la Génération du concret, a mené un lobbying intense pour conduire la mission d’audit sur Thiès ». « Voilà les raisons qui nous font dire que la mission a prise des tournures politiciennes et non purement administratives », confie une source proche du dossier. Une partie des conseillers de la mairie de Thiès jure qu’elle ne se laissera pas faire et dit être « prête à faire face à tout acte politicien posé pour discréditer l’équipe municipale actuelle ».

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

    Leral.net - Pointé du doigt dans le réarmement du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (Mfdc), voilà que le président de la Gambie Yaya Jammeh se signale dans une autre affaire de trafic d’armes. Cette fois-ci c’est la Côte d’Ivoire. La révélation est du quotidien sénégalais Kotch. « Alors que l’histoire des armes destinées à Banjul et saisies à Lagos n’a pas encore connu son épilogue, des informations indiquent que les deux premiers chargements en provenance d’Iran ont été partagés entre Jammeh, Gbagbo et le Mfdc », écrit le journal.

    Trafic d’armes : Yaya Jammeh arme Gbagbo et le Mfdc
    D’après le quotidien de Liberté II, « Le président gambien est un point important dans le dispositif d’envoi d’armes au pouvoir en place en Côte d’Ivoire. Les liens entre Laurent Gbagbo et Yaya Jammeh sont nés des relations crispées entre le Sénégal et la Gambie dans la période de 2004-2006. Jammeh qui voulait faire mal au Sénégal facilita un rapprochement entre le chef séparatiste, Salif Sadio, et Laurent Gbagbo. Lorsque l’Iran fut épinglé en 2005 par le Sénégal pour des armes en grande quantité livrées à la Gambie, Téhéran avait expliqué qu’une partie de ces armes était destinée à la police de Yaya Jammeh alors que le reste devait aller à Abidjan. En 2006, un bateau transportant des armes pour le Mfdc en provenance d’Abidjan est intercepté par la marine Bissau-guinéenne. En 2009, Delesse Schwisenberg, une conseillère spéciale du président ivoirien, fera plusieurs voyages entre Abidjan et Banjul pour le compte de Gbagbo. Alors que l’histoire des armes destinées à Banjul et saisies à Lagos n’a pas encore connu son épilogue, des informations indiquent que les deux premiers chargements en provenance d’Iran ont été partagés entre Jammeh, Gbagbo et le Mfdc »
    « L’Onu s’est peut-être trompée en accusant la Biélorussie à tort de livrer des hélicoptères de combat à Laurent Gbagbo. Mais l’organisation mondiale ne s’est pas trompée sur l’existence de ces engins. Frédéric Lafont, un Français, spécialiste en armement de l’ex-République soviétique, donne des éléments accréditant l’implication de Yaya Jammeh dans les plans d’armement de Laurent Gbagbo », commente le journal.
    Cette révélation sera peut être une occasion pour les autorités sénégalaises d’ouvrir leurs yeux sur le double jeu que joue Yahya Jammeh sur la crise casamançaise.

    Thiedo

    DAME DIENG LERAL.NET

    « Je demande au gouvernement d’accepter de négocier avec le Mfdc parce que… » Face à la recrudescence qui gagne du terrain depuis un certain temps en Casamance, le patron de la fondation « Sport et Paix » par ailleurs adjoint au maire de Ziguinchor chargé de l’assainissement est sorti de sa réserve pour demander à l’état de négocier le plus rapidement possible avec le Mfdc. L’opérateur économique monsieur Samba Gackou a aussi soutenu que le meilleur candidat en 2012 c’est Wade. Exclusivité sur Léral

    SAMBA GACKOU  « Je demande au gouvernement d’accepter de négocier avec le Mfdc parce que… »
    On vous a connu dans vos actions de soutien à la jeunesse, opérateur économique et président de la fondation sport et paix. Qui est réellement Samba Gackou ?

    Je suis un Ziguinchorois, un bon Ziguinchorois, né à Ziguinchor, grandi à Ziguinchor. Je n’ai jamais quitté Ziguinchor, j’ai toujours résidé dans cette région et je suis le président de la fondation « sport et paix ». j’ai créé cette fondation là parce que croyant qu’avec le sport, on peut venir à la paix en aidant les sportifs en distribuant des ballons de football et des équipements sportifs jusqu’aux fins fonds de la Casamance parce que je n’ai pas de frontière.

    Vous acteur de la paix, qu’est-ce qu’il faut à votre avis aujourd’hui pour que la paix puisse revenir en Casamance ?

    Je demande au gouvernement d’accepter de négocier avec le Mfdc parce que moi je pense que le Mfdc n’est pas divisé, que le gouvernement aussi accepte que les négociations se fassent à l’extérieur du Sénégal. On ne veut pas que les négociations se tiennent en Casamance ou en tout cas au Sénégal, parce qu’on a essayé mais ça n’a pas marché. Si on prend l’exemple de la Mauritanie, ils ont essayés chez-eux ça n’a pas marché et il a fallut que le sage Abdoulaye Wade intervienne pour que les relations reviennent à la normale. Le Sénégal a des amis à l’étrangers, mais que ces derniers puissent nous accueillir chez-eux pour la tenue de ces négociations là et que l’on en finisse avec cette situation de conflit en Casamance.

    On voit que vos actions sont souvent orientées auprès des jeunes de la Casamance, qu’est-ce qui explique cela ?

    Mon slogan, je disais que : la jeunesse de ma raison c’est ma plus grande richesse. Donc quand tu as une richesse tu sauvegarde ça, c’est pour cela j’aime la jeunesse parce que moi, étant jeune j’ai été aidé donc aujourd’hui je partage tout avec la jeunesse de Ziguinchor qui est vraiment meurtrie. Et si vous vous rappeler, l’abbé Diamacoune, il avait quitté Ziguinchor pour aller dans le maquis et ce sont les jeunes qui se sont regroupé et organiser une marche pour demander l’abbé Diamacoune de revenir à Ziguinchor et le lendemain de la marche, on nous a appelé à l’imprimerie de Néma pour nous dire que l’abbé est rentré. C’est la jeunesse qui a fait ce travail là et ramener Diamacoune aux œuvres catholiques des Escales de Ziguinchor.

    Le nom de Samba Gackou rime souvent aux cérémonies religieuses les gamou et autres, c’est cette complicité qui existe entre vous et les chefs religieux ?

    Vous savez moi je n’ai pas de force, je ne crois qu’aux prières en donnant quelque chose, c'est-à-dire en prêtant quelque chose, le bon dieu va payer parce que, c’est lui qui détient tous les pouvoirs. Donc moi j’ai dit qu’en donnant des chaises, des tentes de la sono pour que ces cérémonies religieuses puissent se passer dans d’excellentes conditions et que l’on puisse faire l’éloge du prophète Mohamed, je dis que moi je continuerai toujours à accompagner les cérémonies religieuses.

    Après deux ans passés à la tête de la mairie de Ziguinchor, quel bilan pouvez-vous tirer de la gestion de votre équipe dirigée par le capitane Baldé ?

    En tout cas tout ceux qui habitent Ziguinchor savent que l’équipe de la mairie de Ziguinchor dirige par le maire Abdoulaye Baldé est entrain de faire un excellent travail parce que c’est une équipe dynamique et maintenant, on demande maintenant aux populations d’adhérer avec des prières et de respecter ce que la mairie est entrain de faire. Qu’ils ne jettent pas les eaux usées et les déchés dans les caniveaux. Vraiment je dis que si les populations nous aident à conserver tous ce que nous avons fait en terme de réalisation d’infrastructures et autres tant mieux pour Ziguinchor. Et puis, vous savez Abdoulaye Baldé, a cette ambition de bien faire avec son carnet d’adresse si important pour développer Ziguinchor. Et sachez qu’en ces deux années à la mairie, notre bilan est très positif.

    Pourtant quelques fois, on vous accuse de poursuivre l’œuvre de l’ancienne équipe municipale de Robert Sagna

    Oui, on a dit en Wolof que « tombé moy ayaal gaaf » donc si l’équipe de Robert Sagna pense que c’est leur œuvre et que si c’est pour l’intérêt des Ziguinchorois, c’est tant mieux.

    Et par rapport à la polémique sur la recevabilité ou non de la candidature de votre secrétaire général national maitre Wade en 2012 ?

    Moi je ne suis pas un juriste mais mon candidat c’est maitre Abdoulaye WADE et j’y crois pour sa victoire en 2012 parce qu’on a un bilan positif.

    Votre souhait pour Ziguinchor et pour la Casamance :

    Mon souhait c’est que Ziguinchor soit une ville ou il fait bon vivre comme Saraba

    Recueillis par Oscar GUEYE pour leral.net

    DAME DIENG LERAL.NET

older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | 7 | .... | 473 | newer